Voyage Andalousie du 27 mai au 03 juin

 

Dimanche 27 mai, les 90 participants au voyage en Andalousie ont atterri vers 9 heures à MALAGA.

Première visite avec l'Alcazaba, citadelle militaire bien restaurée, qui s'élève au-dessus des gradins du théâtre romain et une autre avec la cathédrale de l'Incarnation et sa tour sud inachevée; l'après-midi, balade dans le village blanc de MIJAS, aux ruelles décorées de pots de fleurs peints à la main et étape au sanctuaire de la vierge de la Pena; à noter les curieux «burrotaxis», ânes permettant aux visiteurs de découvrir la ville sans marcher

Lundi, départ pour GIBRALTAR, dominé par le Rocher; dans cette réserve naturelle vivent en liberté de nombreux macaques sans queue; ces singes sont protégés d'une part pour leur rareté et d'autre part à cause d'une légende qui affirme que la présence des Britanniques à Gibraltar est liée à celle des singes sur le Rocher; autre curiosité, le rocher est creux et comporte l'immense grotte Saint-Michael décorée par de nombreuses stalactites et stalagmites superbement mises en valeur; et une situation plutôt incongrue car pour décoller, l'avion doit couper une route. Puis, direction vers la Costa de la Luz et CADIZ, ville portuaire située sur une presqu'île; de la plage, on voit les forts de Santa Catalina et de San Sebastian qui ont servi de décor à plusieurs films; presque en bordure de mer et visible de tous les points de la ville, la Cathédrale de Cadiz est un magnifique édifice de style baroque et néoclassique; nous quittons CADIZ par le magnifique pont à haubans de 3092 m qui franchit la baie.

Mardi, visite de la cave Tio Pepe à JEREZ; les «bodegas» sont de grands bâtiments où sont rangés des milliers de tonneaux, dont certains signés par des personnalités; en France, on connaît tous le vinaigre de Xérès mais un peu moins le vin blanc (ici le Fino) pourtant excellent comme nous pourrons en juger lors de la dégustation; la particularité de ce vin réside dans sa vinification et dans son vieillissement. Le 2ème pôle majeur de JEREZ est le cheval; à l'école royale andalouse d'art équestre, nous assistons à un magnifique spectacle de dressage avec des chevaux de pure race espagnole: sublimes montures et cavaliers hors pair en tenue traditionnelle. Pour clore la soirée, nous assistons à SEVILLE à un grand spectacle de flamenco avec chants, guitare, danse et costumes typiques.

Mercredi, SEVILLE, capitale de l'Andalousie, contournée par le fleuve Guadalquivir; la cathédrale gothique est fermée pour cause d'évènement religieux; elle comprend le tombeau de Christophe Colomb et un minaret transformé en clocher, la Giralda; nous visitons la Casa Pilatos, palais aristocratique construit au 15ème siècle  qui comprend de nombreuses pièces richement décorées (plafonds à caissons et peintures murales) et de belles sculptures classiques; les pièces s’articulent autour d’un grand patio carré bordé d’élégantes galeries à colonnes et décoré d’azulejos; les jardins sont plantés d’orangers, de palmiers, de magnolias et de bougainvillées ainsi que d’arbres fruitiers. Balade ensuite dans le vieux quartier juif de Santa Cruz, centre historique; dans les ruelles étroites, de jolis patios andalous et de belles maisons blanches fleuries. Puis, nous visitons l'Alcazar, un des palais les plus anciens du monde encore utilisé; fortifié il se compose d'une infinité de salles finement ornées de plâtres, faïences et plafonds à caissons, que complètent parfaitement les superbes jardins; les salons intérieurs abritent de magnifiques collections de tapisseries; une particularité la «Cour des Poupées» où de petites têtes de poupées font partie des décorations sur les poteaux. Avant de quitter SEVILLE, passage devant l'ancienne manufacture de tabac connue dans la légende comme lieu de travail de Carmen et devant quelques pavillons de l'expo universelle de 1929, puis c'est la spectaculaire place d'Espagne en demi-cercle avec à chaque extrémité une énorme tour et au milieu une très belle fontaine; des bancs décorés d'azulejos sont adossés aux deux ailes du palais et représentent 48 provinces d’Espagne; un canal garni de ponts au style vénitien permet des promenades en barque; brique, céramique, bois et marbre, se combinent harmonieusement.

Jeudi, CORDOUE avec un dédale de petites ruelles agréables bordées de maisons blanches aux grilles de fer forgé ouvrant sur de jolis patios fleuris; et puis un édifice religieux unique au monde, la Mosquée-Cathédrale; au centre du monument musulman, une basilique chrétienne de style renaissance; ce qui frappe, dès l'entrée, c'est une véritable forêt de colonnes, une combinaison d'arcades en 2 tons sur 2 niveaux et en demi-cercle, c'est là qu'était l'ancienne salle de prière musulmane; pour la partie chrétienne, le chœur comporte 109 chaires taillées en bois d' acajou ; nous quittons Cordoue par le pont romain qui enjambe le Guadalquivir et prenons la route en direction de Grenade au milieu des champs d'oliviers avec en toile de fond les sommets enneigés du pic Veleta (3400 m).

 Vendredi, GRENADE avec la visite de l'Alhambra; c'est la seule cité royale du monde musulman de cette époque encore intacte; les palais, bien qu'appartenant à des époques différentes, forment un ensemble harmonieux; des couloirs conduisent à des cours intérieures; le palais de Charles Quint de forme carrée à l'extérieur révèle à l'intérieur une grande cour de forme circulaire avec 2 étages de galeries; les palais nasrides sont, quant à eux, organisés en 3 enceintes disposées chacune autour d'un patio intérieur. Nous terminons par les jardins du Generalife où la nature est organisée en harmonie avec l'architecture et l'eau; chaque été, dans le théâtre à l'air libre, se tient le festival international de musique et de danse de Grenade; jets d'eau, lumière, plantes et fleurs avec en fond les sommets de la Sierra Nevada enneigés, un souvenir magique ! A Grenade encore, la Chapelle Royale qui conserve dans sa crypte les dépouilles mortelles de Ferdinand d'Aragon et d'Isabelle de Castille; à noter la superbe grille en fer forgé, les cénotaphes royaux au centre du transept et le magnifique rétable; dans la sacristie-musée, une collection d'étoffes, le sceptre et la couronne de la reine Isabelle et l'épée du roi Ferdinand.

Samedi, RONDA, berceau de la tauromachie où les arènes sont parmi les plus anciennes d'Espagne; leur particularité architecturale est une double galerie d'arcades et l'absence de gradins découverts ; leur capacité est de 6000 spectateurs; le musée Taurin se trouve sous les gradins et présente l'évolution de la tauromachie et plusieurs sujets, comme ceux consacrés aux grandes dynasties de toréros de Ronda. La ville de RONDA est installée au sommet d'une montagne dans un site spectaculaire; elle surplombe El Tajo, une gorge profonde qui sépare la nouvelle ville de la vieille ville; Puente Nuevo, un pont de pierre d'envergure impressionnante enjambe la gorge; il enserre en son intérieur une pièce qui fut ancienne prison de haute sécurité.

Après une étape à MARBELLA, retour à MIJAS pour la nuit avant de s'envoler pour l'Auvergne le lendemain 

Pour conclure cette belle escapade en Andalousie, on retiendra aussi que l'Espagne est à la pointe des énergies renouvelables depuis 15 ans (éoliennes, panneaux solaires, et depuis peu les tours solaires); un petit mot également sur les spécialités locales que nous avons pu goûter et apprécier: tapas de toutes sortes, jambon de porc noir ibérique, huile d'olive et bien sûr sangria ! Une dernière image, celle des allées de jacarandas, ces magnifiques arbres à fleurs mauves...

Merci à Marie-Thérèse et Jacques SIMONNET pour nous avoir fait découvrir  cette très belle Andalousie.